lundi 3 septembre 2018

Les masculinistes ou les nouveaux frustrés

Dans la série des fragiles frustrés, nous avons désormais les "masculinistes", ces hommes offrant moyennant finance des cours de virilité à des hommes déboussolés et amers. Dans cette époque folle, tout est commerce, la quête de "masculinité" ne fait pas exception. 

L'ambition est la suivante : apprendre aux hommes à redevenir des hommes des vrais, lutter contre les féministes, les pleutres et les homosexuels qui dévirilisent les mâles, montrer à coups de démonstrations viriles la voie de l'homme alpha. Ces types diffèrent guère des SWJ. Ce sont des aigris frustrés, construisant leur identité contre les autres, inventant une identité masculine fantasmée. Les masculinistes sont en réalité des constructivistes comme les autres. 

Ils développent ainsi au fil de leurs diatribes une identité composite, mélangeant tout et n'importe quoi pour inventer une idéologie néo-réactionnaire : un peu de Nietzsche, un soupçon d'histoire greco-romaine mal digérée, quelques cours de close combat et tu seras un homme mon fils. 

Comme si la confiance, l'intelligence des situations, le courage réel (pas les hurlements de trolls anonymes ou les menaces physiques en meute) s'apprenaient dans des cours confondants de naïveté. Comme si les cités grecques n'avaient pas eu leurs lots de lâchetés et de trahisons. Comme si Nietzsche n'avait pas chanté le sain appétit de vivre en se gardant bien de faire l'apologie de la brutalité du fort. 

Être un homme, ou être tout simplement ne s'apprend pas non. Les qualité humaines réelles, s'expérimentent, se vivent, se testent au quotidien. Les échecs sont nombreux, les lâchetés inévitables mais on peut progresser en comprenant ses forces et en acceptant ses faiblesses. En un mot, en acceptant qui l'on est.

"Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit" disait Saint Vincent de Paul. Tous ceux qui se gargarisent de leurs réussites et de leurs qualité sont rarement des exemples à suivre. Les démonstrations de force sont de toutes façons l'apanage des faibles car celui qui a confiance en sa force ne la ramène pas. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire