vendredi 18 mai 2018

De quoi les longues argumentations sont-elles le nom ?

Quand tu réussis ou quand tu gagnes, tu argumentes peu, tu n'as pas besoin d'expliquer en détails ton succès. Tu te contentes de savourer le moment, méprisant les idiots autour de toi. 

Quand tu te trompes ou quand tu perds, alors tu te répands en explications, chiffres et arguties pour justifier la situation, démontrer que ce n'est pas de ta faute ou que tu n'as pas vraiment tort.

Voici donc un bon moyen de détecter ceux qui sont dans l'erreur. 

mercredi 9 mai 2018

Se baigner dans l'eau sale de mai 68


C’était il y a 50 ans, ce genre d’anniversaire se fête. C’est l’occasion de se souvenir, de vendre du papier, de gagner de l'argent et parfois de faire un bilan. 

En parallèle, de nouveaux révoltés tentent de créer des Communes et des ZAD, de capter l’héritage. Mais en 50 ans, rien n’a changé dans les slogans, les appels mécaniques à la mort du capitalisme ou à l’autogestion. On a juste remplacé Pompidou par Macron sur les banderoles et les affiches sauvages.

Les technologies ont évolué à grande vitesse créant des questions parfois vertigineuses, les oligopoles se multiplient, la surveillance généralisée est désormais possible, pourtant aucune réflexion n’émerge sur ces thèmes vitaux. Les vieilles rengaines restent, on est seulement contre le système au lieu de proposer une alternative, prenant en compte le monde actuel tel qu’il est avec ses risques et ses opportunités. L'inanité des réflexions est toute de même frappante. 

vendredi 4 mai 2018

Dresseur de loulous et de chatbots

Les chatbots ou agents conversationnels en bon Français sont à la mode, d'autant plus qu'on te promet monts et merveilles à base d'intelligence artificielle et de productivité illimitée.


Alors tu as fait ce que toute personne honnête devrait faire : au lieu de pérorer tu t'es sali les mains et tu as programmé un agent. Oui, toi aussi tu peux le faire en quelques heures en utilisant un outil gratuit comme Chatfuel.

Ce petit exercice t'a permis de comprendre à quel point il est simple d'entraîner un agent basique, capable de présenter une entreprise ou de répondre aux questions clés du client. Tu as pu aussi toucher du doigt le néant qui se cache derrière la fameuse intelligence artificielle devant animer ton agent : simples réponses pré-défines à des mots ou séries de mots choisis à l'avance, aucune intelligence situationnelle, juste une réaction à un stimulus basique. Aucune révolution, de l'informatique des années 80, le marketing est décidemment efficace pour enfumer des journalistes incapables de la moindre analyse critique. 

Tu as ri des possibilités limitées de ses assistants, incapables pour un bon moment encore d'acquérir la subtile intelligence humaine. Oui tu t'es moqué et puis tu as réfléchi aux cas d'usage : réponse aux questions basiques des clients, envoi automatisé de documents standards, envoi de reporting ou de grilles tarifaires... Ces robots totalement idiots sont parfaits pour remplacer les salariés abêtis titulaire d'un bullshit job, incapables de faire autre chose que copier, coller, forwarder. Une grande partie de la bureaucratie peuplant les entreprises peut être ainsi remplacée sans aucun problème.


Non il ne faut pas rire de ces robots mais pleurer sur ces millions d'humains qui font un travail de robot. Un travail voué à disparaître.