lundi 10 décembre 2018

Capital ou patrimoine

Le capital, ce sont les moyens mis en mouvement pour créer, produire, tenter d'arracher de la valeur. Bien entendu, tout ceci doit permettre de générer un profit permettant au capital de se perpétuer. 

Le patrimoine, ce sont les moyens accumulés mais non mis en mouvement, thésaurisés mais non investis dans la production.


mardi 4 décembre 2018

Le faux complot derrière la perte de sens au travail

Face aux procédures absurdes, aux processus compliqués et abscons, nombre de salariés restent interdits. Cette débauche d'obstacles à la vie professionnelle poussent certains à y voir une stratégie délibérée. Les responsables des entreprises auraient ainsi pour objectif de briser toute capacité de réflexion des salariés et de les rendre plus malléables, plus dépendants. L'absurde des pratiques quotidiennes aurait donc un sens !

C'est surestimer les capacités intellectuelles des managers et des bureaucrates, c'est négliger leur sincère volonté de bien faire. 

La bureaucratie aberrante n'a pas d'objectifs, pas de fin. Elle a le même comportement que les mauvaises herbes de ton jardin qui croissent sans cesse, sans but, le fait d'étouffer tes plants de salade n'est qu'une conséquence fâcheuse.

Voilà la magie du phénomène : une équipe de bureaucrates en mal d'occupation se réunit, tente de résoudre une difficulté réelle ou fantasmée dans l'organisation, définit de nouvelles règles et se loupe car incapable de comprendre les contraintes des utilisateurs. Alors de nouvelles réunions sont organisées, menant à la création de nouvelles ne fonctionnant pas mieux et ainsi de suite. 

La bureaucratie fonctionne toujours en roue libre, sans but machiavélique. Mieux encore, la création d'une procédure part souvent d'une bonne intention. Mais vouloir faire aux autres ce qu'on aimerait qu'on te fasse est rarement une bonne idée. 


vendredi 30 novembre 2018

Notes partout, respect nulle part

L'obsession de la notation gagne du terrain. Tu es sommé de noter ton expérience dans la gare ou aux toilettes de l'aire d'autoroute, juger ton Uber ou ton Airbnb, faire un feedback sur ton garagiste après la révision de ta voiture. Sans parler de la note TripAdvisor permettant de choisir fiévreusement le bon restaurant ou le bon bar.

Tu te précipites à le faire d'ailleurs car tu sais que quelqu'un, quelque part, pourrait être sanctionné, perdre une prime voire perdre son gagne-pain.

L'époque technicienne, déshumanisée, bête et méchante est droguée aux chiffres. Elle aime mettre le monde en bouteille. Elle a une envie de pénal.

Tu deviens un numéro, un donneur de notes, un juge anonyme et irresponsable. On craindra tes foucades, tu te permettras parfois un chantage minable. Tu auras troqué le respect et les relations interpersonnelles pour n'être qu'un roitelet consumériste.

Hors des chiffres, il existe pourtant des personnes qui n'ont pas besoin de note. Ils sourient, aident, cherchent des solutions. Il s'intéressent vraiment à toi. 

Ils n'ont pas besoin de notes et d'indicateurs de performance. Ils se contentent d'être simplement humains.