samedi 28 mars 2020

Près de toi


Tu es tantôt silencieuse
Tout près de moi dans le métro
Ou bien irrévérencieuse
Là où la décence est de trop

Nous avons mordu le soleil
Et la poussière en Italie
Connu les soirées sans sommeil
Et les histoires qu'on oublie

Tu me manques depuis toujours
De loin en loin, de proche en proche
Je te perds de tours en détours
J’ignore l'anguille sous roche

Je t'ai aperçue ou frôlée
Sans réussir à te connaître
Chaque fois tu t'es effacée
Sans que le destin puisse naître

Lune cachée tournant autour
De mon existence, j'ignore
Tout de toi et de tes atours
Avant que se lève l’aurore

Ce sont quelques banalités
Presque rien, un je-ne-sais-quoi
Quelques mots simples échangés
Qui créent l’inattendu en moi

Alors s’arrête ton absence
Tu m’apparais brutalement
Me frappant comme une évidence
Quand le hasard se fait clément

Aucun commentaire:

Publier un commentaire