mercredi 18 avril 2018

La souffrance n'a aucun sens

Quand tu te retrouves face à la maladie, au malheur, à la douleur, tu as souvent ce réflexe puéril : chercher des raisons, un sens cachés, des coupables peut-être. Tu penses que répondre au pourquoi sera un baume sur tes souffrances.

Naïveté d'enfant.

La douleur est absurde, comme les accidents de la vie, les gains au loto ou les moments de joie. Tu peux tenter de réduire les risques ou maximiser tes chances de réussite (pour gagner au loto, il faut jouer, pour réussir professionnellement il faut travailler) mais au final, le hasard  fera la différence. Le hasard peut être une rencontre fortuite, la génétique, la naissance, la statistique improbable (pense encore à ces pauvres gens tués par un terroriste dans un petit supermarché du fin fond de l'Aude).

Alors ne cherche pas les causes à tes malheurs, ne cherche pas d'explication à cette douleur qui te tenaille, à cette perte qui t'affecte. Ceci est vain car ceci ne dépend pas de toi. La seule attitude cohérente est d'accepter, cesser de refuser l'évidence et faire ce qu'il faut pour dépasser la souffrance : se soigner, aller de l'avant, comprendre qu'à l'absurde souffrance succédera le non moins absurde bonheur. Tu verras alors que sans le remord ou la rancœur pour l'alimenter, le mal qui te ronge se s'éteindra peu à peu.

La roue tourne, rien n'est éternel, sauf l'éternel retour du même

Aucun commentaire:

Publier un commentaire