lundi 23 octobre 2017

Pirater le système au lieu de maugréer

Combien d'insoumis, de nuit-de-boutistes et autres alternatifs vomissent le système à chaque instant. Ils revendiquent, contestent, parlent, éructent mais ne font rien. Cachés derrière leur Mac ou leur iPhone, ils rêvent un autre monde qu'ils ne mettront jamais en œuvre, prétextant l'oligarchie, le pouvoir des média et autres fadaises. L'invention d'un modèle permettant de promouvoir l'autonomie des hommes sur un territoire donné est vaguement considérée et aussitôt remise au lendemain. Procrastination révolutionnaire.

Voici des révolutionnaires en peau de lapin qui ne veulent surtout pas se salir les mains, de peur de souiller leur pureté idéologique. Quand les socialistes du XIXème siècle construisaient des mutuelles, des banques coopératives, des coopératives agricoles, nos révolutionnaires modernes eux ne créent rien.

Pourtant, il y a moyen de pirater le système actuel et de proposer des alternatives ici et maintenant. Tu pourrais redonner une nouvelle jeunesse au SEL grâce à la blockchain, créer un chapelet de fermes locales travaillant en circuit court, dès supermarchés de producteurs et j'en passe. 

Le champ des possibles est extraordinaire, les capitaux nécessaires finalement assez limités. Mais il est plus confortable de parler que d'agir. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire