lundi 3 juillet 2017

Ce que nous dit la fin des blogs

Tu as connu la grande époque de l'expression libre sur le web. Des centaines de blogs, des centaines de fleurs, des centaines de singularités tentaient de poser un regard sur le monde. Peu importaient les sujets de prédilection, les sensibilités ou le talent de chacun, tu avais la sensation d'une prise de conscience, d'une volonté de penser le monde avant peut-être d'essayer de le changer un peu. 

Mais depuis quelques temps, tu te sens de plus en plus seul. Peu à peu, les voix se sont tues et sont devenues murmures. Certains croyant se faire journalistes se retrouvent à écrire sur des plateformes utilisant leur contenu (gratuit) pour faire de l'argent. D'autres, essaient de penser en 140 caractères et la plupart ont tout arrêté. Marre sûrement de se faire attaquer voire harceler par des trolls haineux, marre de passer des heures à écrire pour toucher une poignée de lecteurs, marre de voir son trafic anéanti par les plateformes déféquant du contenu en continu, marre de voir le marketing putassier des vendeurs d'ebooks miracles, marre de se fatiguer sans véritable récompense même symbolique quand la moindre punchline sur Twitter te permet d'attirer les moutons à ta suite. 

Là est le problème : trop de personnes attendent une reconnaissant qui ne viendra jamais. Écrire est ingrat. C'est un exercice solitaire, n'offrant que de piètres récompenses. 

N'écris pas si tu attends de la reconnaissance. Écris seulement pour tenter de jouer ton rôle d'honnête homme. Écris pour toi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire