jeudi 25 mai 2017

La génération Z est-elle fainéante ?

Tu tombes encore une fois sur l'un de ces posts LinkedIn creux et prétentieux, confirmant le néant abyssal du contenu diffusé sur cette plateforme, dès que l'on sort des sujets dits techniques.

Donc, un père propose à son fils de 12 ans un peu d'argent pour passer l'aspirateur. Au bout de 3 minutes, l'enfant rend l'argent et stoppe son labeur en expliquant que ce travail est bien trop ennuyeux. Tu as le droit ensuite à une conclusion du père d'une imbécillité sidérante sur la nécessité impérieuse de s'adapter à la génération Z, capable de refuser un travail si il est ennuyeux. Rappelons que :
- Certains enfants dans la même situation auraient fini le travail par respect pour la parole donnée, d'autres auraient refusé tout de suite, sans parler de ceux qui auraient même accepté sans demander de rémunération. 
- L'expérience est biaisée puisqu'il n'existe aucune incitation majeure pour faire le travail : le petit garçon n'a pas de charges à payer, pas de clients à satisfaire. 
- Conclure ceci est exprimer de manière totalement décontractée son mépris des métiers ennuyeux que nous sommes bien heureux de voir pourvus : agent d'entretien, ouvrier en usine, ouvrier agricole...
- Surtout les généralités grotesques à partir de cas isolés sont à proscrire, définitivement. 

Pourtant ce type de généralisation à partir de quelques cas isolés ou d'expériences spécifiques biaisées semble devenir le fondement des réflexions et analyses de nombreuses personnes. Partir d'un cas isolé pour en déduire une généralité, voilà une expression souriante de la misère de la pensée actuelle. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire