mercredi 6 juillet 2016

Chronique new-yorkaise (1) : le joggeur de Central Park

Tu te retrouves dans cet immense rectangle de verdure, posé au milieu de l'agitation urbaine. Tu vois courir partout autours de toi des hommes et des femmes de toutes conditions, de toutes origines, de tous âges. Ils sont là sous le ciel azur en train de suer à l'unisson, c'est presque émouvant pour le non-sportif que tu es.

Tu repenses alors à ce manager qui a peine débarqué à New-York, complètement décalqué par le décalage horaire était parti courir à 6h30 du matin. Il n'allait pas courir par réelle envie mais parce que tu comprends, courir à Central Park c'est cool. 

Courir à Central Park, c'est comme aller au concert ou à l'exposition à la mode. Peu importe le plaisir pris, l'important est d'y être, de faire parti de la communauté. Quand tu cours à Central Park, tu montres que tu appartiens à une élite mondialisée, sportive, active. Tu mets en scène ta réussite. 

Bizarrement, toi tu préfères rester au lit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire