samedi 20 avril 2019

Le mascaret

Le mur d’eau s’approche, lenteur inéluctable 
Un mètre voire deux, quantité négligeable 

La vague monte, déborde et puis se répand 

Les eaux troubles et boueuses charrient débris 
Souvenirs, illusions et branches pourries 

La vague monte, déborde et puis se répand 

Les adultes se penchent sur le phénomène 
Les enfants courent après à en perdre haleine 

La vague monte, déborde et puis se répand 

Le bouillonnement poursuit son petit bonhomme 
Emportant au passage les rêves des hommes 

La vague monte, déborde et puis se répand 

Alors arrive l'océan qui réunit 
Au grand tout la vague désormais démunie 

La vague monte, déborde et puis le néant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire