mercredi 10 octobre 2018

Subir ou consentir

Ta pente naturelle, comme celle de tes congénères, est de subir. Tu te retrouves ballotté tel un bouchon sur le flot de ton existence. Tu devrais avoir honte de ta passivité, de tes vaines révoltes contre l'inévitable : le temps qui passe, la maladie, la mort qui rode autour de toi et de tes proches. Tu te débats contre l'inéluctable, tu maugréés contre ce qui ne dépend pas de toi, tu te consumes en désirs vains. 

Puis un jour, tu commences à comprendre. Tu débutes le long chemin vers le consentement, tu apprends à accepter cette vie absurde faite de joies et de malheurs. C'est à ce moment là que tu t'ouvres réellement à la vie et à ses trésors, libéré des vanités humaines. Amor fati

En acceptant ton devenir, tu redeviens acteur de ton existence, tu peux te renforcer à chaque étape du chemin, les épreuves te rendant plus fort au lieu de t'affaiblir. L'épreuve est plus supportable quand on la sait inéluctable.

C'est seulement à ce point de ton parcours que tu acceptes l'éternel retour. Mais ceci est une autre histoire. 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire