vendredi 17 août 2018

L’indécent citoyen devenu consommateur

Tu tombes sur le récit d'une touriste rescapée après un tremblement de terre. Elle se plaint d'avoir attendu plusieurs heures au milieu du chaos l'aide de l'Etat omniscient pour la récupérer, s'émeut du manque d'aide pour sa petite personne. Elle veux, réclame, exige, quand autour d'elle la population locale pleure ses morts et tente d'évaluer les dégâts. Tu comprends elle a le droit, elle paye des impôts, bien trop élevés d'ailleurs selon elle. Ses vacances sont déjà ruinées, elle ne va pas souffrir la moindre contrariété supplémentaire.

Évidemment, cette personne s'est faite lyncher sur les réseaux sociaux. Ces juges autoproclamés ont d'ailleurs exactement le même comportement quand ils appellent pour un bobo les urgences, laissent leurs déchets n'importe tout où se mettent en arrêt maladie pour une petite contrariété. Ils ont le droit. Ils payent pour ça, tu comprends.

Ceci n'est que l'expression visible du glissement du citoyen vers le consommateur, de la solidarité à l'individualisme, de la responsabilité à l'assistance. Face à cette pression, il n'y aura que deux solutions : une prise de conscience pour recentrer la solidarité sur l'essentiel, ou la faillite face à des demandes impossibles à satisfaire (et financer).

On se dirige donc tranquillement vers la deuxième solution. Car vues les exigences, il faudrait payer bien trop d'impôt pour satisfaire la plèbe.

Le citoyen mué en consommateur imbécile l'aura bien cherché.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire