dimanche 25 mars 2018

Le prix de la vitesse

On oublie trop souvent que le coût d'une action est lié à sa vitesse d'exécution. Plus on souhaite accélérer et plus les coûts directs et indirects (liés aux externalités négatives) augmentent.

Regarde le prix du billet de train à grande vitesse (sans parler des infrastructures) comparé au coût tout compris du voyage à rythme lent dans un tortillard. Imagine ce que pourrait entraîner la mise en œuvre du projet de fusées intercontinentales reliant les grandes capitales en quelques minutes. 

La quête incessante de vitesse et d'immédiateté à n'importe quel prix, avec des externalités de plus en plus importante, est insoutenable économiquement ou socialement.

Le vrai révolutionnaire, celui qui voudra changer la vie refusera la vitesse et proposera des alternatives permettant de redécouvrir les joies de la lenteur et son corollaire : l'ennui fécond. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire