jeudi 7 septembre 2017

Susceptibilité généralisée

La susceptibilité est un trait de caractère de plus en plus marqué, la moindre petite attaque ou remise en question est inacceptable pour beaucoup.

Ainsi, dans les Universités, des avertissements sur le caractère "choquant" de telle ou telle œuvre fleurissent, des humoristes cessent de se produire face à un public ne comprenant plus le second degré. Cette tendance peut également se traduire par des menaces et des intimidations contre des professeurs remettant en cause la dictature des bons sentiments.

Dans les entreprises ce n'est pas forcément mieux : demander que les gens fassent leur travail sans avoir à négocier devient de plus en plus compliqué. Tu te retrouves de plus en plus face à des réactions de défiance face à des exigences vues comme une attaque personnelle insupportable. Car il ne faut pas oublier que désormais la sacro-sainte bienveillance est confondue avec la complaisance

Comment avons-nous fini par perdre le second degré, la distance vis-à-vis des événements ? Pourquoi l'hyper-sensibilité s'est à ce point développée ? La montée des ego, la conviction de plus ancrée que toutes les opinions se valent et doivent être écoutées de la même manière offrent sûrement un début de réponse. Une existence de plus en plus protégée, avec des épreuves et des frustrations moins importantes doivent également réduire la capacité à faire face aux contrariétés. 

Finalement, la susceptibilité généralisée est peut-être un autre symptôme de la montée en puissance d'un individualisme mal compris, capricieux et vindicatif.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire