dimanche 10 janvier 2016

Agressions à Cologne : comment des hommes peuvent-ils considérer la femme occidentale comme un morceau de viande ?

Tu lis le récit des agressions sexuelles de masse à Cologne : des centaines de plaintes, des actes planifiés visiblement par des hommes considérant les femmes comme des morceaux de viande. A priori, les migrants ou a minima des immigrés sont accusés. C'est sûrement la réalité, l'enquête le confirmera rapidement. 

Maintenant, la question est de comprendre : comment des hommes ont-ils pu planifier ce type d'acte (certains ayant même sur eux un petit lexique du queutard en Allemand, histoire de se faire comprendre) ?

Ces hommes n'auraient jamais fait ça à leurs femmes ou amies. Non, ils se sont attaqués à l'autre, à l'Occidentale et à ce qu'elle représente pour eux. Le fond du problème est là : ces personnes ne comprennent pas la région du monde où ils sont arrivés, ses codes, ses traditions. Gavés de mauvaise culture populaire américaine, de porno (en diffusion libre et massive chez les jeunes hommes frustrés) et de préjugés sur l'Occident décadent, ils pensent qu'agresser une Occidentale est normal. En les faisant parler, tu comprendras avec horreur qu'ils pensent que la liberté de l'Occidentale n'est qu'une invitation pour assouvir leurs pensées libidineuses. Leurs agressions sont finalement le résultat d'un mépris pour un Occident corrompu où tout serait permis. Finalement, tu n'es pas loin du harcèlement de rue dénoncés depuis plusieurs années, le profil des auteurs est le même : jeunes hommes immigrés, frustrés et pauvres. 

Ces ordures seront évidemment trouvées et lourdement condamnées. Mais cette triste affaire montre que les Occidentaux ne sont pas les seuls à résumer l'autre à une essence, un stéréotype imbécile permettant toutes les saloperies (rappelons-nous de notre vision du Noir ou de l'Arable à l'époque coloniale). 

Occidentaux et non Occidentaux sont finalement égaux dans la saloperie. Il n'y a pas de damnés de la terre, purs et sans tâche, n'en déplaise aux belles âmes. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire