mercredi 2 août 2017

Misère de l'éducation de masse

La massification de l'éducation permet a permis l'émergence d'une nouvelle classe de cadres moyens, travaillant dans la fonction publique ou le privé. Cette nouvelle classe forte de son éducation, de ses petites responsabilités au travail pense savoir. 

Elle partage ses certitudes lors des dîners, sur les réseaux sociaux avec l'assurance docte du mandarin. Certains affirment que les vaccins sont dangereux, d'autres que le pays est trop libéral, d'autres pas assez, certains t'expliquent le détail des traités européens. Ils se croient tous sincèrement intelligents, informés, malins, ils sont macronistes, mélenchonistes, giscardiens peu importe. 

Mais leur raisonnement est digne d'un élève en première année de licence. Il n'y a aucune réflexion personnelle, juste un agrégat sans cohérence d'informations glanées à droite, sans l'once d'esprit critique. Les fans enamourés d'un Macron ou d'un Mélenchon en sont une illustration vivante : incapables d'une réflexion personnelle, ils ne font que répéter les éléments de langage relayés par la voix du parti. Les voix et les pensées réellement originales ne sont pas plus nombreuses qu'avant, n'en déplaise aux influenceurs ou militants autoproclamés. Il y a juste plus de bruit inutile.


L'éducation n'est pas signe de profondeur d'esprit. Autant rester discret sur ses certitudes. 

Note pour toi-même.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire