dimanche 30 octobre 2016

On achève bien les poivrots

Une époque se définit par ses faits-divers. Ce week-end à Echirolles, un homme éméché et visiblement hors de son état normal a commencé a menacer son voisinage avec une machette. Déploiement de police, négociation et puis le drame : l'homme se fait abattre par 5 policiers après avoir sorti un pistolet d'alarme. 

Il est tout de même difficile d'imaginer 5 policiers, armés pour certains de fusils d'assaut et abrités derrière des boucliers anti-balles se sentir menacés par un quinquagénaire bourré. Cette histoire est surtout l'illustration d'une impréparation totale, d'une absence de maîtrise de la situation, avec un dispositif totalement disproportionné (des fusils d'assaut contre une arme blanche, sérieusement ?). 

Un flic n'est pas un héros ou un justicier, c'est un bureaucrate armé, garant du respect des lois et astreint à des règles et procédures strictes. Il n'y a pas d'improvisation possible, un flic doit suivre la procédure à la lettre car elle permet de limiter les risques pour tout le monde. La seule question qui vaille est là : si les policiers impliqués n'ont pas suivis les règles d'engagement alors ils doivent être sanctionnés, point.

Mais dans un contexte délétère, tu trouves une armée de soutiens et de trolls plaidant la légitime défense face à une menace "imminente". Tu sais ce sont les mêmes qui te parle de "présomption de légitime défense", concept pouvant ouvrir la voie à toutes les bavures. A les entendre, le moindre excité dans une manifestation contre la loi travail ou dans une manifestation contre le mariage pour tous devrait pouvoir être neutralisé par tout moyen par les flics. 

Ces appels à l'usage immodéré de la force deviennent de plus en plus fréquents, de plus en plus véhéments. Et tu commences à te dire que les libertés publiques sont en train de disparaître peu à peu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire