dimanche 28 août 2016

Chroniques romaines (1) : mélancolie

Est-ce l'effet des ruines à chaque coin de rue, signe tangible d'une grandeur fanée ? Est-ce la chaleur languissante, les façades décrépies, l'atmosphère de belle endormie ? Ou bien est-ce tout simplement cette lumière crue qui te fait bouillir les tempes ? 

Mais ici à Rome tu te sens d'humeur mélancolique. Tu as envie de te poser à chaque coin de rue, prendre un café serré, méditer sur ton parcours, tes réussites, tes échecs, les choix encore possibles. Tu te laisses aller à la langueur, tu deviens silencieux, tu es hors du temps au milieu de l'Histoire. 

Tu te laisses dériver dans la ville, sans forcément de but précis. Et ça te fait du bien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire