dimanche 31 juillet 2016

Bienveillance ou complaisance ?

Tu entends de plus en plus un discours louant la bienveillance, le droit à l'échec, le soutien à ceux qui n'y arrivent pas. L'intention est louable mais pourtant tu te sens mal à l'aise. 

En effet, la demande de bienveillance est bien souvent le cache sexe d'une envie de complaisance. Je ne suis pas concentré, je n'essaie pas vraiment de progresser mais ce n'est pas grave, il faut m'autoriser à échouer pour apprendre et rebondir (ou pas). Tu vois cette attitude se développer autour de toi, dans ton entreprise, à l'école, dans ta vie personnelle même. 

La médiocrité semble devenir acceptable, l'envie de progresser de manière structurée bien faible et ça t'agace. Car tu n'acceptes pas l'approximation ou les fausses excuses, tu cherches à faire juste du premier coup, même si tu sais que c'est rarement le cas bien sûr. Mais tu essaies quand même.

C'est dans ces moments là que tu te sens vieux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire