vendredi 19 février 2016

Travail partout, emploi nulle part

Il existe un paradoxe intéressant. Regarde, tous ces gens affairés, occupés, pleins de projets divers et variés. Tu vois ainsi des gens jongler entre emploi classique, à-côtés lucratifs (Airbnb, Blablacar...) et projet personnels non lucratif (un voyage autour du monde, une exposition photo...). Jamais nous n'avons été autant occupés et quoiqu'on en dise le travail demeure abondant.

Pourtant, l'emploi lui semble crever à petit feu. Obtenir un salaire et un contrat de travail en contrepartie d'un travail semble devenir utopique (40% de travailleurs indépendants aux Etats-Unis à l'horizon 2020, voilà de quoi faire réfléchir). 

L'emploi salarié, créant des hordes d'employés sans qualification particulière est hautement addictif. Ce poison récent a eu le temps en un peu plus d'un siècle de corrompre les âmes et de créer un faux sentiment de sécurité. Pourtant, l'heure est venue de passer à autre chose. 

Le défi est désormais de réussir à se faire payer pour son travail, d'une manière ou d'une autre. Personne n'a encore trouver la formule magique permettant de remplacer le salariat, voilà ce qui rend fou nombre de tes congénères.

Il ne faut pas confondre la fin de l'ère du salariat avec la fin de l'ère du travail. La fin du travail n'est pas pour demain. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire