lundi 25 janvier 2016

Classement des talents : triomphe du faire savoir sur le savoir-faire

Tu tombes par hasard sur un classement des 30 under 30 européen publié par Forbes et dont l'objectif est de désigner les plus grands talents actuels en Europe. Le principe est évidemment subjectif mais tu te plonges  paresseusement dans le classement à la recherche de noms connus. 

Les hasards de la vie font que tu tombes sur le nom d'une personne que tu connais très bien ce qui a pour résultat de te faire hurler de rire. Comment diable cette personne peut-elle se retrouver dans la liste ? Quelles sont ses réalisations concrètes, son impact réel pour l'économie ou la société, ses idées révolutionnaires ? Tu sais qu'il n'y a là que personal branding, com maline et pitch ciselé sur un sujet à la mode. En un mot, c'est une fraude. Tu te dis surtout que tout le classement doit être à l'avenant et tu refermes ton journal. 

En soi, ce classement est représentatif de l'époque. Là où n'importe quel jeune médecin, pompier, policier, chercheur  (liste non exhaustive) fait 1000 fois plus pour la société, tu te retrouves avec un classement récompensant les plus habiles dans leur marketing personnel. 

C'est la confirmation du triompje du faire savoir sur le faire, de la vanité sur les réalisations concrètes. Triste époque.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire