mercredi 19 août 2015

Ce qui dépend de toi et ce qui ne dépend pas de toi

Combien de fois nous pestons contre notre environnement, toutes ces petites choses du quotidien qui nous agacent. Tu sais que je ne suis pas le dernier à m’énerver contre le temps, les embouteillages, les imbécilités proférées par telle personnalité. Pourtant, je te le dis, j’ai tort dans ces cas là et tu devrais me rappeler que tout cela ne dépend pas de moi.

Car finalement, pourquoi s’énerver de ce qui ne dépend pas de moi, de mes actes, de ma volonté ? C’est une attitude totalement futile, une perte de temps manifeste qui m’empêche de me concentrer sur toutes ces choses qui dépendent de moi. Par exemple, je ne peux pas éviter d’attraper un virus mais je peux par contre me débrouiller pour me couvrir suffisamment et éviter d’attraper froid.

Il est donc important de renoncer à agir sur ce qui ne dépend pas de toi. Certains appelleront cela du fatalisme, j’appelle cela de la lucidité. Apprend à détecter et à accepter ce qui ne dépend pas de toi, tu élimineras une source essentielle d’angoisse et de perte de temps. Tu ne peux pas tout maîtriser, tu ne peux pas tout contrôler, cultive donc une saine distance par rapport à ce qui te dépasse. Par exemple, tu ne peux rien contre le temps qui passe et la vieillesse. Accepte-le tranquillement, entretiens-toi du mieux possible et continue à vivre sans angoisse car tout cela n’est pas en ton pouvoir.

Mon grand-père, paysan simple et sage lâchait souvent un « c’est comme ça » face à une mauvaise récolte ou un revers de fortune. Il avait compris lui qu’il ne servait à rien de se révolter face aux phénomènes qui nous dépassent. Je retiendrai cette phrase toute ma vie.


Concentre toute ton énergie sur ce qui est en ton pouvoir : tes pensées, tes opinions, ton hygiène de vie… Tu verras bien vite que ta vie en deviendra meilleure car focalisée sur les vraies priorités d’un homme libre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire